Le crowdfunding immobilier : un investissement risqué ?

Le crowdfunding immobilier permet aux particuliers d’investir dans un programme immobilier via une plateforme de financement participatif.

Plateforme de crowfunding immobilier

Investir dans un projet immobilier depuis une plateforme sur internet, c’est possible !

Qu’est-ce que le crowdfunding immobilier ?

Les promoteurs immobiliers ont besoin de fond propre pour financer leurs programmes immobiliers neufs à la demande des banques. Cet apport est obligatoire mais certain promoteur préfèrent éviter de telles avances afin de ne pas porter préjudice à leur développement en empruntant à des banques ou à des assurances avec des taux d’intérêt élevés. C’est pourquoi ils passent aujourd’hui par des plateformes de crowdfunding immobilier à la recherche de financement par le grand public. Nombreux sont les investisseurs en quête de rendement, qui se sont intéressés à ces plateformes. Parmi elles on peut citer les plus dominatrices en terme de part de marché en 2016 :

  • Wiseed Immobilier
  • Anaxago Immobilier
  • Homunity
  • Clubfunding
  • Fundimmo
  • Lymo

Cette liste n’est pas exhaustive et ne cesse de s’allonger. Cette innovation dans l’investissement attire de nombreuses personnes cependant des risques sont bien présents notamment à travers la faisabilité du projet. En effet, une opération de promotion immobilière peut durer jusqu’à 36 mois et il faut donc s’assurer d’avoir certaines garanties, car des problèmes sont vite arrivés sur une opération de programmes immobiliers neufs.

Haut rendement, haut risque…

Il est vrai que le rendement dans le crowdfunding immobilier est très élevé. Il est estimé entre 8 et 12 % de rentabilité annuelle. C’est la raison pour laquelle beaucoup de personnes ont été attirés par cet investissement, les 54,8 millions d’euros collectés (chiffre de l’agrégateur HelloCrowdfunding) en 2016 le démontrent, cela représente une hausse de 80 % par rapport à l’année précédente. Cependant, une rentabilité aussi haute cache forcément des risques élevés.

Le premier risque réside sur le temps des projets de promotion immobilière qui est, en moyenne, estimé à un an et demi. Cette longue période laisse le temps à des problèmes de s’installer :

  • un retard dans la construction du programme, ce qui provoque un retard dans les paiements
  • des logements qui ne se vendent pas
  • un promoteur immobilier qui ne peut pas rembourser ses investisseurs manquant de moyens (liquidation judiciaire)

Il est donc important de rester prudent sur ce marché et de s’assurer de disposer de garanties suffisantes par le promoteur immobilier pour lui donner entièrement votre confiance.

L’exemple du groupe Terlat

Alors que tous les voyants semblaient être au vert dans le très jeune secteur du crowdfunding immobilier, des investisseurs ont vu rouge après l’annonce d’une procédure de redressement judiciaire de la maison mère du promoteur immobilier du sud de la France : le Groupe Terlat. À l’heure actuelle, trois projets seraient très largement en retard… De très mauvais augure pour les particuliers ayant placé quelques milliers d’euros pour les financer.

Deux plateformes sont concernées par ce premier raté du crowdfunding immobilier, Anaxago et Wiseed. Le montant total des obligations récoltées sur les plateformes pour six projets immobiliers de Terlat s’élèverait à 2,8 millions d’euros…

À l’heure actuelle, il est fort probable que les particuliers-investisseurs ne fassent pas de rentabilité sur ces projets voir même qu’ils perdent la totalité de leur investissement…

 

Après une grande progression des investissements immobiliers en 2016, il est probable que celle-ci s’estompe dans les mois à venir suite à ce premier gros incident du crowdfunding immobilier. C’était tout de même prévisible, car des rendements aussi élevés cachent forcément des risques également élevés. Il sera intéressant de voir comment le marché évolue dans les prochains mois, mais il y aura surement des changements dans l’approche des investisseurs, qui auront besoin de plus de garanties.

Donner votre avis sur l'article