Le Cancéropôle de Toulouse ouvre ses portes !

Le Cancéropôle de Toulouse ou Oncopôle, futur centre de recherche à dimension Européenne ouvre enfin ses portes après des années de travaux. Ce site installé sur le lien hautement symbolique de l’ancienne usine AZF de Toulouse accueille ses premiers patients. Le Cancéropôle sera représenté par de nombreux acteurs publics et privés pour associer leurs recherches contre le cancer.

Le Cancéropôle de Toulouse

Les infos importantes du Cancéropôle de Toulouse

L’Oncopôle de Toulouse en chiffres ce sera :

  • 65 hectares pour le développement économique, clinique et scientifique
  • 300 000 m² de programmes immobiliers
  • 30 hectares de parcs publics
  • et enfin, 100 hectares pour une zone verte en bord de Garonne.

Au sein du campus de cancérologie, ce sont 5 pôles qui représenteront l’institut universitaire sur le cancer :

  • la recherche publique
  • la recherche privée : le groupe Pierre Fabre notamment, Sanofi-Aventis entre autre
  • le pôle innovation
  • le pôle valorisation
  • et enfin le pôle formation

Les premiers patients ont été accueillis cette semaine. Avec 306 lits supplémentaires, Toulouse va devenir l’une des villes les plus pointues sur les soins contre le cancer. Ce sont au total plus d’un millier de professionnels de santé et 300 universitaires, chercheurs, ingénieurs et techniciens qui seront présents au Cancéropôle. C’est un travail de fonds de plus de 10 ans qui a permis de voir ce projet se réaliser. Ultra moderne et équipé des derniers équipements pour des traitements de pointe, le centre rivalise avec les plus grands plateaux européens.

Le Cancéropôle de Toulouse s’inscrit dans le développement de la ville

Au sud de la ville rose, ce centre situé route d’Espagne est implanté non loin de la plus grosse zone commerciale de l’agglomération toulousaine : Portet-sur-Garonne/Roques et va donc apporter de nouveaux potentiels de développement économique : restaurants, logements….

Toulouse, ville qui est déjà très présente dans les nouvelles technologies et à la pointe dans des secteurs comme l’espace et l’aéronautique, va renforcer encore un peu sa position de technopole européenne. Un bel avenir pour le tissu économique et le développement immobilier de l’agglomération toulousaine. Un intérêt supplémentaire pour attirer les investisseurs au travers de la loi Duflot notamment. Surtout que Toulouse attire chaque année quelques 20 000 nouveaux résidents qui ont besoin de se loger, souvent rapidement, dans des logements équipés et adaptés à leur vie souvent en mutation : neufs ou récents, propres et surtout sans travaux.

Donner votre avis sur l'article