Nouvelle stratégie foncière : Le marché immobilier bordelais toujours sous tension

Le marché immobilier bordelais a connu la plus forte hausse des prix en France en 2017, des tensions se sont alors créées sur ce marché en pleine inflation. Une nouvelle stratégie foncière va donc être mise en place pour 2018. À l’occasion de la conférence de presse du 15 janvier, Alain Juppé s’est exprimé à ce sujet.

Quartier bordelais

Alain Juppé, maire de Bordeaux, s’est exprimé sur les tensions immobilières de la ville.

L’attractivité de la ville a fait grimper les prix de l’immobilier

Comme on vous l’avez annoncé dans notre précédent article sur le résumé des records de l’immobilier qui ont été battus en 2017, Bordeaux a connu une hausse des prix impressionnante de 12,1 % pour atteindre un prix de 3 590 € le m². À titre de comparaison, la seconde grande ville de province avec la plus forte hausse est Nantes avec « seulement » + 6,3 %. L’augmentation des prix sur le marché immobilier bordelais se classe donc bien au-delà du reste des grandes villes de plus de 150 000 habitants.

Cette flambée des prix s’explique par un dynamisme de la métropole de Bordeaux qui s’est enclenché en grande partie depuis l’arrivée du TGV, mettant Bordeaux à seulement 2h de Paris. Des investisseurs venus de la France entière et surtout de Paris ont alors commencé à acheter dans l’agglomération bordelaise créant une forte demande supplémentaire. Des grandes entreprises telles qu’Ubisoft et Hermès se sont également implantées dans la ville, créant de l’emploi et un besoin de logement pour des centaines de personnes. Ajoutez à cela, des conditions d’achat favorable dans l’immobilier en 2017 (taux de crédit faible, reconduction loi Pinel…) qui permettent de rassurer l’acheteur et vous obtenez une augmentation considérable des prix, car la demande est bien plus forte que l’offre. L’attractivité de la ville a ainsi provoqué un déséquilibre entre l’offre et la demande. Rien d’étonnant pour un centre-ville qui a regagné 50 000 habitants en 35 ans…

Une nouvelle stratégie foncière pour limiter les tensions sur le marché bordelais

L’inflation de l’immobilier à Bordeaux a créé de fortes tensions entre les différents acteurs. Les acquéreurs bordelais, notamment les primo-accédants, sont pénalisés par cette montée des prix. En effet, le pouvoir d’achat des ménages a baissé et leurs ressources moyennes permettent d’acquérir un 36 m² contre un 42 m² il y a de cela un an. C’est pourquoi, face aux fortes tensions, Alain Juppé, maire de Bordeaux et président de Bordeaux Métropole, va mettre en place une nouvelle stratégie foncière.

Dans la lignée de la nouvelle loi logement du gouvernement, le but est de construire plus. La ville de Bordeaux a ainsi déjà prévu la construction de 9 000 logements par an grâce notamment à l’opération « 50 000 logements autour du tram » qui va commencer cette année.

Alain Juppé a aussi annoncé vouloir « agir sur le foncier » en négociant mieux avec les promoteurs immobiliers. Le but étant d’arriver à 1 000 logements par an en accession à la propriété maîtrisée. C’est dans ce contexte que l’OIM (Opération d’intérêt métropolitain) Bordeaux Aéroparc, devrait voir naître une Zone d’Activités Différée (ZAD) permettant de maîtriser les prix. Le souhait final étant de proposer un maximum de bien à 3 000 €/m².

Enfin, pour les tensions liées à la malfaçon des constructions, Alain Juppé a lancé une « charte du bien construire » qui assure la présence d’un architecte dans l’intégralité du processus de construction. Cependant, cette mesure n’a aucune valeur juridique et repose donc sur la bonne foi des différentes parties.

Donner votre avis sur l'article