Propositions immobilières des candidats de gauche et du centre présidentielles 2017

Les propositions immobilières de la présidentielles 2017 sont diverses et variées même si elles ne sont pas si éloignées les unes des autres, tour d’horizon.

propositions immobilières

Image représentant les propositions immobilières des candidats à la présidentielles.

Les propositions immobilières des candidats de gauche

Tout d’abord, Manuel Valls souligne que dans le secteur de la construction en France nous sommes bien placés. En effet nous proposons un accès au logement très favorable. Cependant, il bénéficie aussi de nombreuses aides de l’Etat, y compris une incitation à défiscaliser.

De son côté, Benoit Hamon propose de doubler les taxes qui sont un poids sur les logements. Il souhaite également redistribuer une partie des droits de succession pour apporter de l’aide à « la solidarité ».

En ce qui concerne l’encadrement des loyers, les deux candidats de gauche sont favorables à ce dispositif et promettent de l’agrandir à toutes les zones dites « tendues ».

Vis à vis de l’investissement locatif Pinel, Manuel Valls approuve totalement son efficacité pour promouvoir un marché locatif de qualité dans des zones ciblées. Quant à Benoit Hamon, il pense que ce dispositif vit aux dépens des finances de l’Etat. Il propose donc de signer un rééchelonnement des mesures 2017. C’est tout de même très utopique d’entendre de telles choses. Quand on sait que la loi Pinel offre un avantage fiscal de 18% du montant investit, étalé sur 9 ans alors que l’Etat gagne immédiatement 20% de TVA à l’acte d’achat. Sans compter les charges et taxes sur les frais notariés, et sur tous les emplois qui entourent de prêt ou de loin l’achat d’un logement neuf : le bâtiment, les banques, les gestionnaires, les syndics, les agents immobiliers……

Au sujet de la construction, Benoit Hamon promet une aide à la pierre de 1 milliard d’euros par an. En créant un Comité Régional de L’Habitat et de L’Hébergement pour permettre la construction de 500 000 logements par an. Manuel Valls est confiant et satisfait de constater qu’en 2016 140 000 logements sociaux ont été réalisés.
Pour finir, ces deux candidats de gauche promettent de la stabilité aussi bien sur le plan juridique que fiscal.

Les propositions immobilières des candidats du centre

Emmanuel Macron quand à lui, souhaite la construction de logements là où il y a un réel manque. Principalement dans des zones difficiles telles que par exemple l’île de France , La Côte d’Azur et d’autres grandes métropoles.

Macron voudrait aussi introduire un bail mobilité valable 1 an pour toutes personnes ayant du mal à se loger. (C’est-à-dire des personnes en CDD ou en intérim). Toujours dans des zones difficiles pour permettre de relancer le marché immobilier.

Concernant la libération du foncier, le candidat demande à ce que l’Etat se mobilise pour régler le problème en libérant le foncier. Ainsi cela permettra de construire rapidement les dizaines de milliers de logements nécessaires chaque année. Malheureusement la réalité du terrain est souvent plus compliqué qu’il n’y parait. Libérer des terrains prend du temps et les recours possibles qui bloquent la situation sont nombreux.

Au sujet de l’exonération des plus values immobilières, Emmanuel Macron ne compte pas y toucher et demande un rééchelonnement sur les normes de construction .

Emmanuel Macron souhaite maintenir l’encadrement des loyers jusqu’à la fin du quinquennat de François Hollande ainsi que la loi Pinel. Il pourra donc évaluer ces mesures et les modifier ou les supprimer si nécessaire.

Ce candidat souhaite redynamiser les centres villes qui se vident de ses commerces à cause de centres commerciaux en périphérie. Tout cela entraînant la dégradation des bâtiments et autres problèmes divers et variés.

Un sérieux problème qui ne date pas d’hier et qui va prendre du temps si le candidat est élue et va jusqu’au bout…

Donner votre avis sur l'article