Le premier salon du logement neuf à Toulouse

Le salon du logement neuf s’est déroulé ce week-end, censé accueillir plus de 2 500 visiteurs, ce salon est une première de son genre dans la ville de Toulouse. Pourtant, durant ces trois jours de salon, il n’y avait pas foule.

Salon du logement neuf toulouse

Il s’agissait d’un salon plus intimiste et plus ciblé, d’après Christophe Combe, gérant de l’agence Bienvenue à Bord et des Éditions immobilières du sud, chargé d’organiser le premier salon du logement neuf à Toulouse. Cet objectif d’attirer un public plus ciblé était-il la cause de ce manque d’affluence, ou était-ce le temps si clément qui a empêché les toulousains d’aller à ce nouveau rendez-vous sur l’immobilier.

Pourtant, la promotion construction toulousaine a choisi de présenter sa production en dehors du traditionnel salon de l’immobilier proposant jusqu’ici l’ensemble des biens, neufs ou anciens, et produits complémentaires au Parc des Expos dans l’espoir d’obtenir un public plus ciblé et plus intéressé par le logement neuf en particulier. «La production toulousaine neuve est telle qu’on a décidé de sauter le pas», a expliqué en substance Patrick Saint-Agne, président régional de la FPI, à l’instar de Bordeaux et d’autres villes qui ont fait ce choix, dans un contexte économique et professionnel difficile. «L’acquéreur potentiel, qu’il soit primo, deuzio ou tertio accédant ou locataire de logement social a ainsi le choix entre toute la production neuve de logement sur Toulouse», ont poursuivi les organisateurs.

Organisé par la Fédération des Promoteurs Immobilier de Midi Pyrénées, 31 des promoteurs constructeurs affiliés à la FPI (Fédération de la promotion immobilière) offraient à la vente quelque 4 500 logements neufs ou à construire. Des ateliers et des débats étaient disponibles tout au long des trois jours avec notamment un espace enfant mis à la disposition des visiteurs.

Le salon était aussi l’occasion pour Jean-Luc Moudenc, nouveau maire de Toulouse depuis seulement deux mois, accompagné de Gilles Broquère, nouveau président d’Oppidea, la société d’économie mixte aménageur majeur de l’agglomération, de Franck Biasotto, adjoint au maire de Toulouse chargé du logement et nouveau président d’Habitat Toulouse, principal bailleur social de la ville, et d’Annette Laigneau, adjointe au maire de Toulouse à l’urbanisme, d’expliquer leur politique locale en matière de logement.

La nouvelle municipalité a promis un prêt à taux zéro toulousain pour le neuf et l’ancien début 2015 et la poursuite des programmes urbains engagés. «Nous allons mettre en place un prêt accession local complémentaire du PTZ (prêt à taux zéro) moins restrictif au niveau des revenus, notamment en direction des classes moyennes avec pour objectif de démarrer début 2015, après concertation des professionnels», a annoncé Jean-Luc Moudenc.

Une affluence décevante au salon du logement neuf à Toulouse

Programme du salon du logement neuf à Toulouse :

  • Le vendredi, Toulouse Métropole a tenu une conférence sur le service «étude terrain prévention archéologie», ensuite un débat a eu lieu sur le nouveau dispositif « Duflot ».
  • Le samedi, se sont tenus des débats sur l’acquisition d’un logement neuf en « VEFA », l’investissement Duflot et la présentation des différentes formes de crédit.
  • Le dimanche s’est déroulé un atelier de sensibilisation et d’information sur les éco-gestes du quotidien dans un logement BBC pour réduire la consommation des ressources énergétiques, et la présentation des différentes formes de crédit possible.

La Fédération de la Promotion Immobilière a fait un joli pari en lançant ce premier salon du logement neuf à Toulouse, à destination des acquéreurs occupants ou investisseurs, ou des locataires de logements HLM.

La fréquentation du vendredi semblait plutôt calme ou surtout composé de professionnel, comme au salon immobilier « traditionnel ». Le samedi, en témoigne la photo du parking visiteur à 17h15 (c’était exactement la même situation en fin de matinée) la fréquentation était très très basse ! Il faudra attendre les chiffres des organisateurs pour se prononcer car une fréquentation basse n’est pas toujours synonyme d’un mauvais salon, si les visiteurs sont de « qualité » et surtout décidés ! J’ai tout de même tendance à dire que la période actuelle, la crise économique et le peu d’annonces ou de décisions du gouvernement et particulièrement de la Ministre du logement Madame Sylvia PINEL ne permet pas au secteur de se relancer. Bien au contraire, les dispositions votées juste avant le départ de Madame Cécile DUFLOT sont catastrophique en terme d’image, auprès de tous les professionnels mais aussi et surtout des acquéreurs ou investisseurs !

Donner votre avis sur l'article