TGV Bordeaux-Toulouse : une histoire loin d’être fini

Ces derniers temps, l’État a calmé le jeu face à l’arrivée du TGV Bordeaux-Toulouse pour des raisons financières. Aujourd’hui, la ville perd patience.

TGV Bordeaux-Toulouse soutenu par les élus locaux

L’histoire de la création du TGV Bordeaux-Toulouse est loin d’être terminée.

TGV Bordeaux-Toulouse trop chère et pourtant…

La déclaration d’utilité publique du projet du TGV Bordeaux-Toulouse avait été annulée le 29 juin dernier au plus grand regret de nombreux Toulousains et de ses élus. Le gouvernement avait alors déclaré préférer améliorer les transports régionaux, les trains du quotidien, par manque de moyens financiers pour établir tous ces projets. Seulement aujourd’hui, le projet du RER Grand Paris Express pourrait dépasser les 35 milliards d’euros contre 26,5 prévus initialement (le projet vise à construire 200 kilomètres de métro et 68 nouvelles gares). Les élus de la région Occitanie et Nouvelle-Aquitaine ne sont pas passés à côté de cette information et font le lien avec le coût du TGV Bordeaux-Toulouse, estimé vers les 8 milliards d’euros. Le surplus du projet Grand Paris Express dépasserait ainsi à lui seul le coût total du GPSO (Grand Projet Ferroviaire du Sud-Ouest) Bordeaux-Toulouse.

Le projet Grand Paris Express, en raison des complications liées au caractère urbain du projet, reviendrait à 300 millions d’euros le kilomètre. Ces prix exorbitants qui sont annoncés font bondir plus d’un habitant du Sud-Ouest donc beaucoup souhaite un rapprochement entre les différentes métropoles de France.

Nouvelle mobilisation et pétition pour le projet GPSO Bordeaux-Toulouse

Alors que le Sud-Ouest de la France et ses 12 millions d’habitants attendent toujours de se rapprocher de la capitale, une mobilisation générale est prévue le 4 octobre prochain, à l’Hôtel de la Région de 14h à 16h30 pour la liaison à grande vitesse Bordeaux-Toulouse. Parallèlement à cela, la Dépêche du Midi a lancé une pétition ayant déjà regroupé plus de 10 000 signatures.

Les élus locaux vont donc monter au créneau pour ce projet dont l’étude de sa faisabilité avait déjà été étudiée il y a 25 ans de cela. Parmi les élus qui vont se mobiliser, on peut citer Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, Alain Juppé, maire de Bordeaux, ou encore Jean-Louis Chauzy, président du Conseil économique, social et environnemental d’Occitanie qui avait déjà désapprouver publiquement l’annulation de la déclaration d’utilité publique du projet.

 

Le Sud-Ouest de la France est une région très forte dynamiquement et démographiquement notamment avec les métropoles toulousaines et bordelaises. Toulouse ne va donc pas se laisser faire et l’État en est prévenu…

Cliquez-ici pour signer la pétition.

Donner votre avis sur l'article