Alternative d’investissement immobilier locatif

Pour ceux qui s’interrogent sur la rentabilité d’un investissement immobilier avec les nouvelles contraintes apposées par la nouvelle loi Alur, il existe d’autres alternatives d’investissement. A savoir l’investissement immobilier locatif.

investissement immobilier locatif

Les places de parkings : un investissement locatif rentable

En effet, investir dans une place de parking afin de la louer à un tiers peut s’avérer être un placement vraiment intéressant et moins contraignant que la gestion d’un appartement mis en location.

«Investir dans un parking ou un box fermé pour le louer est aujourd’hui plus rentable que dans l’immobilier traditionnel. C’est un bien atypique qui permet de dégager une rentabilité de 8 à 9%», reconnaît Sylvain Nouallet, président du GIE (Groupement d’Intérêt Economique) Orpi Paris.

En plein cœur de ville d’une grande agglomération, on atteint 10 % de rentabilité sans difficulté et elle ne descend jamais en-dessous de 4 %. À Paris, dans le 19ème arrondissement, le loyer moyen s’établit à 90 euros et peut atteindre 232 euros dans le 1er. En Province, une place de parking se loue environ 85 euros, par mois. Ce placement présente non seulement une meilleure rentabilité que dans l’immobilier de rapport, mais aussi de moindres contraintes et des frais allégés.

Les (faibles) contraintes de cet investissement

Que ce soit un box (petit enclos), une place dans un parking fermé ou à ciel ouvert, ce placement est presque sans aucune contrainte pour son investisseur :

  • sauf à remettre de temps à autre un coup de peinture, ce type de bien n’engage pas l’investisseur dans de gros travaux et ne requiert pas d’entretien
  • les loyers sont fixés librement par les propriétaires-bailleurs, s’il est conseillé pratiquer un loyer conforme au prix du marché afin d’éviter un turn-over important, ils ne sont cependant pas encadrés
  • le contrat de bail d’une place de parking ne relève pas des dispositions de la loi du 6 juillet 1989 sur les rapports locatifs, mais de celles du Code civil, cela permet davantage de souplesse et une durée de bail plus courte.

Il faut toutefois garder en tête certaines règles pour un investissement judicieux.

 

Les conseils financiers pour un investissement judicieux

Sélectionner avec soin son emplacement, car les prix sont très variables en fonction :

  • de l’emplacement géographique, de plus en plus cher en centre-ville historique
  • de la situation dans le parking, si c’est au 1er ou au 3ème niveau en sous-sol
  • ou encore si c’est un box ou une place délimité par un marquage au sol.

Comme le placement dans les parkings est un marché de niche, l’investisseur a tout intérêt à bien se renseigner sur les prix de vente, ils peuvent varier du simple au double pour un bien de qualité semblable dans un même secteur géographique.

Pour payer au juste prix, il convient de se rapprocher des professionnels du secteur et d’analyser les tarifs sur les sites d’annonces sur internet notamment, comme par exemple un site intéressant : monsieurparking.com, etc. En moyenne, un emplacement de parking au cœur d’une grande ville s’achète entre 10 000 et 20 000 euros. Pour un box, il faut compter 15 % plus cher qu’une place dans un parking fermé, soit jusqu’à 50 000 euros voire davantage dans les arrondissements centraux de Paris.

L’emplacement, un facteur déterminant

Il convient aussi d’étudier la demande locative dans le secteur convoité. Dans le cadre d’un placement dans un parking, il est indispensable de connaître le nombre de parkings publics et privés aux alentours. Il faut aussi savoir si des projets de parkings ou des programmes neufs livrés le plus souvent avec parking peuvent sortir de terre. Il faut également vérifier que le parking ou le box repéré ne se trouve pas à proximité d’un parking municipal car son attractivité chuterait d’un seul coup. Ne pas hésiter non plus à mesurer la hauteur et la taille du parking sous plafond, afin de pouvoir héberger des 4×4 encombrants par exemple, en deçà de 2,20 m de large sur 5 m de long, l’investissement est à éviter.

Une fois le bien acheté, l’acquéreur se doit de visiter le parking et demander le titre de propriété, et constater le bon entretien du parking. Investir dans un parking doit répondre aux critères de confort et de demande locative à l’instar de l’immobilier de rapport.
Seul bémol, le parking est un bien qui se revalorise souvent peu et dont la demande en cas de revente, n’est représentée que par des investisseurs, sauf exception….

Donner votre avis sur l'article